Dès les années 30 naît l’idée de défendre les droits de la famille hors du cadre de l’entreprise. Pendant la Seconde Guerre Mondiale des familles ouvrières décident de se regrouper et de s’organiser pour faire face aux difficultés liées à la guerre. En 1941, apparaît le MPF (Mouvement Populaire des Familles).

Juste après la guerre, la situation reste difficile pour les familles et c’est dans ce contexte que vont être créées les Associations Familiales Ouvrières (AFO) qui ont pour objectif de répondre aux besoins matériels et moraux des familles.

Peu à peu, l’action des AFO se diversifie et s’intéresse désormais à tout ce qui est lié aux questions de consommation et de pouvoir d’achat des familles, mais aussi de logement et d’éducation et en janvier 1959 : les AFO deviennent la CSF (Confédération Syndicale des Familles).

En 1970, la CSF démarre à Nantes, dans le quartier des Dervallières. Les associations implantées sont éloignées des préoccupations des jeunes parents, ce qui pousse les militants CSF, parents également, à mettre la place des enfants au centre de leurs actions.

Leur première volonté est de lancer l’entraide scolaire. Le contact entre la CSF et les écoles se fait alors naturellement. A cette époque, de nombreux enfants sont issus de l’immigration et ont des difficultés en lecture. Le soutien en lecture est donc la première action qu’ils vont mettre en place. Au début, ce sont les parents des uns qui aident les enfants des autres. Plus tard, ce sont des bénévoles retraités qui ont pris le relais.

C’est pendant les années 80, que les actions de la CSF dans le secteur de l’éducation à Nantes ont réellement pris de l’ampleur.

En 1985, la ville souhaite retirer les ATSEM en grande section maternelle et tester cela aux Dervallières. Les parents militants de la CSF se mobilisent contre cette action en occupant l’école. Ils sont soutenus par tous les parents ainsi que par la directrice de l’école. Il était prévu de supprimer 3 postes dans l’école et cette action a permis de gagner 1 poste ½. C’est une première victoire.

Après cela, les parents souhaitent se réunir une fois par mois. Cela permet de cimenter l’équipe et de contribuer à présenter une liste UPE/CSF. Dès le départ, une liste est présentée en maternelle et en primaire. En 1986, pour cela il fallait être déclaré en association de parents d’élèves. C’est donc cette année-là qu’est née l’Union de Parents d’Elèves de la CSF en Loire Atlantique.

La CSF est présente plus particulièrement dans les REP (Réseau d’Éducation Prioritaire) et à ce moment-là, le rôle de l’UPE.CSF est parallèlement de développer la formation des parents, les aider à prendre la parole et de préparer les conseils d’école et de discipline.

D’une manière naturelle, l’UPE.CSF44 s’est ensuite développée à Bellevue qui rencontrait les mêmes problématiques.